Doria – 96 Lyrics

96 Lyrics – Doria

Ah, ah, ah, ah
Tuer, tuer, tuer
Voluptyk (Voluptyk)
Tuer, tuer, tuer
Tuer, tuer, tuer

Née l’2 janvier 96 à Nanterre, dans l’92, en banlieue entre parenthèses donc française, mais pas pour tous
Y a des jours avec, y a plus de jour sans, moi, dans ma tête, c’est black, avec le cœur à Rochant
Eh, petit à petit, bah l’oiseau fait son nid, et petit à petit, les oisillons qui tapent leurs vices
Verront ceux qui verront, mais seulement s’ils ont envie
Au vu des temps qui changent, tu le verras si on survit
Pourquoi dans ma tête, c’est gore ? Et pourquoi dans mon cœur, c’est craqué ?
J’parfume du Milky Way, déconnectée, j’y mets le paquet
Tu fais comment si tout s’arrête ? Tu fais comment si on t’achève ?
Bien sûr, personne m’achète, ma confiance vaut trop chère
Il va falloir se battre si tu veux qu’on enchaîne
J’suis pas dans le paraître, j’suis toujours dans mon domaine
Parfois, demander de l’aide, attira plus de problèmes
On transporte autant de haine en moi parce que personne croyait en moi
Pourquoi ma confiance, je la donne pas ? Parce qu’au départ, personne n’était là
Y a des mecs qui lâchent des com’ de fou, j’me demande s’ils ont une mère
Ouais, j’me demande s’ils ont les couilles de répéter ça devant leurs pères
On s’serre les coudes dans la misère, dis rien pour le mystère
Même si parfois ça joue les fiers, on pleure tous devant nos mères

L’amour, c’est l’fondement d’la paix (paix, paix)
La haine, c’est l’fondement d’la guerre (ouais)
Qu’est-ce qu’on ferait pas par amour ?
Qu’est-ce qu’on ferait pas par haine ?

J’ai fui tous les barrages (oh ouais)
J’aurais voulu les détails (oh ouais)
Moi, j’aurais voulu être ailleurs (oh ouais)
J’ai vite compris l’court-métrage et j’ai la rage

Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuer, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuer, tuer, tuer

C’est dur de commencer sa carrière en même temps qu’celle du COVID (bah ouais)
Poto, y a pas le temps (eh), tout va trop vite
J’suis toujours dans le coin, dans mon bolide
Pour moi, c’est mon bijou, pour toi, c’est qu’un taudis
Y a plus d’vie chez oi-t à 18 heures (eh), j’ai comme une envie d’fuir ce bizutage (bah ouais)
J’ai fait couler le temps sur l’minuteur (bah ouais)
J’ai juste fermé les yeux, j’ai pris de l’âge
Ça fait un an qu’j’me suis pas attablé, même pas pour un café
Serveur, amène la tasse s’te-plaît, j’te jure, ça m’a manqué
Au début, ça s’fait incuber, ça fini par s’faire entuber
Ils sont tous là pour nous duper, ça va finir par tout niquer
Le rap, c’est éphémère, ma mère, c’est nécessaire
Mon égo, seul adversaire, devant mes torts, j’suis jamais fière
Si j’évitais la réponse, c’est qu’la question se posait pas
Considère mon silence, à la hauteur, d’un jeu de regard

J’ai fui tous les barrages (oh ouais)
J’aurais voulu les détails (oh ouais)
Moi, j’aurais voulu être ailleurs (oh ouais)
J’ai vite compris l’court-métrage et j’ai la rage

Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuer, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuer, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuez, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuez, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuez, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais
Tuez, tuer, tuer
Ils ont voulu nous faire, ouais

YouTube video