Skip to content

Lacrim – Reda (Partie 2) Lyrics

Reda (Partie 2) Lyrics – Lacrim

Putain, où ai-je atterri ? Les condés m’ont tamponné vite fait, bien fait
J’ai fini dans l’car cellulaire, les fils de p’ m’ont mis à Fleury
Et j’ai pas dormi d’la nuit, j’suis resté debout, à fumer par la fenêtre
J’sais toujours pas comment j’ai fait pour en arriver là, après demain, j’devais m’barrer à Marbella
Ils ont pété ma bella et saisi ma villa, l’avocat va m’casser l’dos pour que j’me barre de là
Mais nique sa mère, on reste fort vu qu’j’suis arrivé au bâtiment
Premièrement : j’ai mis mon cœur au coffre-fort, deuxièmement : faut faire sa place
J’commence par prendre le lit d’en bas, si l’codétenu, il fait l’malin, j’lui nique sa race

– Eh, You ?
– Ouais, ouais, ouais…
– Eh, y a ton poto là, Lacrim aux arrivants !
– Dis wAllah ?
– Ouais, il est juste en face là.
– Ouais, Lacrim !
– Ouais, ouais !
– Ouais, c’est You, ma gueule !
– Ouais, You, bien ou quoi ?
– Ouais, ouais, ouais…
– Eh, descends, descends, enfoiré, eh, descends, descends, c’est la promenade là.

Wesh mon reuf, bien ou quoi ? Ah, putain, j’suis dégoûté quand j’ai appris la nouvelle pour oi-t
Comment ils ont fait ? J’me suis demandé
Tu faisais conseil, t’étais scret-di, beaucoup de cash, j’ai plus d’crédit
Un peu d’fumette, un petit drill, un peu d’buvette, un peu d’training
Là, maintenant, va falloir t’y faire et faire belek aux petits frères
Car au placard, ça va trop vite, on passe du paradis à l’enfer
Ne fais confiance qu’à la famille, j’planquais mon ‘phone dans paquets d’pâtes
Mon fils de pute de codétenu parti m’poucave au chef du bât’
J’peux t’le jurer, l’été au cachot, il fait très chaud et tu parles tout seul
Y a plein d’bonhommes, wallaye billaye qu’ont perdu la boussole
Frérot, ici, t’confie à personne, compte sur tes couilles et ton pécule
Mon ancien co’, j’l’ai éclaté, j’ai failli finir comme un légume

– Travail ou pas, relou.
– Rah, laisse tomber.
– On est au shtar ensemble.
– Rah, laisse tomber, mon pauvre, laisse tomber. Et toi là, comment ils t’ont remonté, ma gueule ?

Frérot, tu le sais, j’suis discret à mort, à part deux-trois têtes, personne sait nada
J’suis rempli d’parasites, ils m’ont pris un demi-litre
J’allais visser un Égyptien qui s’appelle “Réda”
Mais attends, l’rendez-vous, c’était pas à Porte de la Chapelle ?
Un mec au crâne chauve, yeux clairs, balafre en dessous d’l’oreille ?
Des keufs de partout, un BP quand il t’ramène la paie
Ce fils de pute, il s’évapore pendant qu’les condés te balayent
J’pète les plombs, sur la vie d’ma mère, c’est lui
Un gros sac qui pue d’la gueule qu’j’ai pété en boîte de nuit
Il m’a pas lâché d’une s’melle, il m’a appelé toute la semaine
C’fils de pute a payé cash alors j’pensais qu’il était cuit
Oh, putain, l’bâtard, j’ai l’seum
Il a fait fermer des terrains, des gars d’Lyon, des gars d’Paname, des mecs de Nantes, etcetera
Moi, c’fils de putain, il m’a appâté en m’vendant une Patek , puis deux, puis trois, c’est devenu mon pote, et puis il tneket
J’l’ai rentré dans l’cercle familial, j’lui ai présenté la daronne, j’ai envie d’lui faire du sale, j’ai envie d’lui niquer sa race (fils de pute)
Il a donné ses potes d’enfance, pour lui, c’n’est pas du tout grave
C’est l’comble mais c’fils de pute, il a même poucave des poucaves
Faut qu’on lui montre bien que la rue, c’est pas n’importe comment
Ce gros bâtard, il va payer l’excès d’comportement
Le fait qu’on soit en taule, il va l’regretter fortement
On va l’attraper puis l’attacher dans l’appartement (directement)
Y a ma mère qui pleure, ils ont pété ma femme
Y a la perte de sous due à la perte de time
Je rêve de la manger ou bien de kalasher
J’irai p’t-être m’enfoncer, ouais, mais lui, j’vais pas l’lâcher

– Oh, quelle dinguerie c’tte histoire quand même, frérot.
– Eh, chaque chose en son temps, mon reuf. Un jour, avec le chef du bâtiment, on va s’mettre en cellule ensemble. T’inquiète, j’suis branché. On va bien s’occuper d’ça.
– T’es un bon.
– Latifi, Zenoud ! Promenade terminée, on rentre.