Nessbeal – La frappe de la brume Lyrics

La frappe de la brume Lyrics – Nessbeal

Bellek track

Nuit noire, les yeux toujours éteints, mauvais œil m’a rattrapé
Les bons moments, on les vit à fond, aujourd’hui, on rit ensemble, demain, on peut s’fumer
J’arrive à la croisée des ch’mins, l’Beretta s’ra toujours chargé
Deux cent mètres l’alinéa, la pâteuse, moi, mes qlawis pour la remontée
Soldat d’plomb sur la ligne de front, on va chercher l’papier dans la bouche d’un zbeh
La marche arrière est cassée, la SPIP, le casse-pipe, kheyo, y a plus rien qui nous kleh
Trop d’maturité tue la jeunesse, foncer dans l’mur comme Schumacher
Foutre l’3achouma nous rend pas défaut, c’est leur porte, nique sa mère l’procureur
Au sommet, seul moi et mes peurs, j’fais ma valise, j’suis à l’aéroport
Ils n’voient que c’qui brille : la Ferrari, jalousie mortuaire et l’envers du décor (‘cor)
Les balances, larmes au fond d’la [?], la brigade fluviale remonte les corps (corps)
Le [dimanche en mille ?], entouré d’suceurs, [?] veulent m’entourer d’miradors
L’jour se lève quand j’m’endors, retire les bastos de mon corps
Produit d’mon environnement, j’suis devenu c’que j’ai enduré, j’ignore les remords (J’ignore les remords)
Des alligators quand l’amitié s’détériore
Y a plus d’pitié dans les cœurs, les armes de guerre pour régler nos désaccords

PGP peut t’faire prendre des millions
PGP t’évite cent ans d’prison
La frappe d’la brume, en hiver, c’est la saison
La frappe d’la brume, pour rien, on s’fume

Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Une bastos, un coup d’schlass, un kheyo qui t’efface
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Mon intestin, les montagnes du Rif (Rif, eh, oh-oh)
Dans les tranchées, j’fais mon biff (Biff, eh, oh-oh)
Réveil au 36, une peine à deux chiffres
Khey, c’est ta vie qui passe

J’ai accepté la solitude, kheyo, car ça résout les problèmes
Tout l’monde est une pute, on vaut juste des parties différentes de nous-mêmes
J’réponds plus à l’Eden, eh, Zonka dans mon ADN, eh
Montcroix, sortie miramelle, les vrais kheys sont ceux qui sont là quand t’es 3ayen
Les affaires, c’est des compromis et beaucoup d’entente
Des accolades avec des faux acolytes, l’index sur la détente
La panoplie est prête, sors jamais les outils si t’as la main qui tremble
La panoplie est prête, les bonnes places sont prises, la mienne, j’viens pour la prendre
Défoncer les portes (Défoncer les portes), personne nous a ouvert l’hbeb
Ça parle de rrain-te, d’bécanes mais t’as vu leur dégaine de jbeb
S’entretuer pour leurs verres, plonger des familles entières dans les ténèbres
On va t’localiser, mes bloqueros viendront t’effacer déguisés en [?]

PGP peut t’faire prendre des millions
PGP t’évite cent ans d’prison
La frappe d’la brume, en hiver, c’est la saison
La frappe d’la brume, pour rien, on s’fume

Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Une bastos, un coup d’schlass, un kheyo qui t’efface
Et c’est ta vie qui passe (Passe, passe, oh-oh)
Mon intestin, les montagnes du Rif (Rif, eh, oh-oh)
Dans les tranchées, j’fais mon biff (Biff, eh, oh-oh)
Réveil au 36, une peine à deux chiffres
Khey, c’est ta vie qui passe (Khey, c’est ta vie qui passe)