SCH – Blanc Bleu Lyrics

Blanc Bleu Lyrics – SCH

Stef Becker, beatmaker

Au début, tout est blanc, bleu, ensuite, la vie amène les siennes, j’ai peur d’relever les yeux et voir s’y décrocher l’ciel
Thérapie à vie, envieux de ceux qui pensent peu
Avec le temps, j’me méfie d’ceux qui s’approchent, ceux qui s’accrochent
Les reuftons qui ont pas l’Python trop près des poches
Premier billet, 45.9, pas d’45S, j’ai l’esprit des priorités
J’cède rarement à la peur mais la peur fait aussi d’moi un homme avertie, t’sais qu’on en vaut deux
Avant B.O, j’étais moins popu’, moins à la mode, ça enterrait des os ou des œufs
Regarde-moi bien dans les yeux, tête dans les écouteurs, j’prenais l’40 et l’15, j’ai vu la mort de mes parents s’éteindre
J’aurai jamais vraiment d’relation stable, j’ai vu l’ancre rouge sang au fond d’ma rue d’éteindre
Ils auraient l’ton moins jovial si ils connaissaient la vraie guerre
Laisse-nous rire des célébrations, nos caisses en équerre
Et la vie est trop courte et l’moteur, trop puissant pour rouler à cent-dix hors agglomération
On met les bâtards en demi-ration, on ferme les robinets
Et j’oublie pas les regards d’avant, les gens qu’on a mis en avant
Qui ont oublié c’qu’on a fait pour eux comme si c’était du vent, il s’agit pas d’choisir un camp
Vivre, s’nourrir, boire, fumer, tout dans l’excès, tomber, s’relever jusqu’à la chute de trop
J’suis p’t-être un sale con d’égoïste, j’les ai toutes laissées, le cœur blessé
Un peu d’amertume et puis, l’échec nous stresse, vice et vertu et puis, l’échec nous presse
J’suis pas l’Abbé Pierre mais j’donne à tous ceux qu’j’aime, bien sûr qu’j’suis impliqué, p’tit con
Rien d’vraiment bien neuf à part la caisse, la re-pai, le hood, j’ai la guitare
Ça rend fou la rue comme compter les minutes au mitard
Deutschland, Autobahn, triple qualité, Marlboro, röten, mixe haschich
J’manie les métaux comme Big Meetch, j’mets la graisse sur ma Shevchenko
“Tou-tou-tou-tou-touh”, y a plus d’gens, on fait chauffer les Brembo
Manie les armes et le corps sans l’âme (Sans l’âme)

Remercie ceux qui sont encore là, nostalgie ceux qui sont partis
Il m’faut deux bains d’plastique, j’traîne toujours dans la même Z
Un CZ de général de guerre, j’vais mourir comme un artiste (Comme un artiste)
Donne-moi un schlass, tu mérites pas la plomo, passe les vitesses, ma pute tient l’autre pommeau
Et toute la ville connaît mon adresse, toujours pas d’bip collé sous la caisse (Sous la caisse)

C’qu’on n’a pas fait pour l’euro, c’est parti en couilles à l’adolescence
Rien à cirer d’être un héro, j’ai ramené que des emmerdes à la maison (Oh)
Où sont passés mes potos ? Ceux qui juraient par le feu et le sang
Où sont passés mes potos ? Passés mes potos ?
C’qu’on n’a pas fait pour l’euro, c’est parti en couilles à l’adolescence
Rien à cirer d’être un héro, j’ai ramené que des emmerdes à la maison (Oh)
Où sont passés mes potos ? Ceux qui juraient par le feu et le sang
Où sont passés mes potos ? Passés mes potos ?